mercredi 13 mai 2009

Simonetta Vespucci


"Regardez tous les tableaux que Botticelli a peint le long de sa vie: toutes les femmes qui sont venues sous son pinceau, Vénus sortant toute nue et si belle de sa coquille, la vierge à la grenade, les Vertus, les jeunes filles de Jethro, toutes se ressemblent. On dirait des soeurs. Savez-vous pourquoi ? C'est parce qu'elles sont toutes une image rêvée de Simonetta. Il n'a jamais peint qu'elle, ou son souvenir."(Philippe Beaussant "Le rendez-vous de Venise")
Simonetta Vespucci (née Cattanéo), fut l'inspiratrice d'Ange Politien, de Laurent le Magnifique, de Léonard de Vinci, de Piero di Cosimo et surtout d'Allesandro Filipepi, qui quelque peu par plaisanterie, quelque peu par ironie, est entré dans l'histoire sous le nom de Sandro Botticelli ("petit tonneau"). Simonetta est née en 1453. Elle est la fille de Violante Spinola et de Gaspar Cattanéo. Le palais des Cattanéo, où probablement naquit Simonetta, reste l'un des grands rares palais qui, à Gênes, maintiennent intacte leur splendide majesté de l'époque de la Renaissance. Simonetta a passé dans ce palais les premières années de sa vie. Plus tard, suite à la maladresse politique du demi-frère de Simonetta, Piero Fregoso, qui fut le doge de Gênes, la famille se retrouve proscrite. Gaspar Cattanéo avec Violante et Simonetta s'est refugié à Piombino, où la famille est accueillie par Battistina Fregoso, la demi-soeur de Simonetta et son mari Jacopo d'Appiano, seigneur de Piombino. La belle Simonetta vit à Piombino jusqu'au moment où Piero Vespucci, un homme politique proche de Laurent de Médicis, croise son chemin et décide de marier Marco, son fils, avec Simonetta. Pour Piero, marier son fils avec une héritière de l'une des grandes maisons de Gênes, protégée par le seigneur de Piombino, était une maneuvre politique. Simonetta et Marco, qui ont tous les deux 15 ans, n'ont pas voix au chapitre. C'est ainsi que Simonetta se retrouve à Florence.
A Florence , la maison de Mariano Filipepi , le père d'Allesandro se trouve dans le même quartier que la maison des Vespucci. Allessandro était parmi les premiers qui virent Simonetta. Il avait huit ans de plus qu'elle , il la remarqua alors que tous l'ignoraient. Mariée depuis peu Simonetta ne fit qu'une brève apparition à Florence et elle continua sa route vers Scarpéria. Laurent le Magnifique y déléguait Piero en qualité de vicaire avec mission de rendre la justice en son nom. Piero, Marco et Simonetta sont restés à Scarpéria deux ans. En 1472 ils sont retournés à Florence.
En 1473 Eléonore d'Aragon, la fille du roi de Naples, devait traverser Florence lors de son voyage prénuptial. Laurent le Magnifique organise un bal en son honneur. Le bal se déroule au bord de l'Arno, non loin des maisons des Vespucci, au palais des Lenzi. "Le superbe palais des Lenzi-écrit Politien-où s'étale alentours la riante et verte étendue des près et où la terre fleurie se pare de couleurs printanières." Ceux qui regardaient danser les femmes étaient , entre autres, Botticelli, Ghirladaio, Léonard de Vinci, Verrocchio, Benozzo Gozzoli. De la musique, du rythme de la danse, des mains des femmes qui évoluaient en chaînes de grâce, de la lumière et de l'heure il resta une image complète dans Le Printemps de Sandro Botticelli. Les trois grâces représentent les trois plus belles femmes du bal: Eléonore de Milan, Simonetta de Gênes, Albiera de Florence. (Albierra Degli Albizzi a pris froid au bal et mourut une semaine plus tard à l'âge de 16 ans, à l'effroi général.)

Simonetta est représentée trois fois dans le tableau: une fois sous les traits de Flore qui s'avance pour ouvrir la fête, le bord arrondie de sa robe plein de roses. La deuxième Simonetta est l'une des trois Grâces. La troisième Simonetta est le personnage central. Noblement vêtue , elle domine la scène. Le Cupidon plane au dessus de cette troisème Simonetta et décoche sa flèche directement sur Julien de Médicis, le jeune prince, le frère cadet de Laurent, qui est représenté à l'extrémité du tableau sous les traits de Mercure.
Julien, plus que tout autre, se prit de passion pour Simonetta. L'histoire en parle comme de l'amoureux "officiel" de Simonetta et ceux qui vont plus loin affirment que Simonetta fut la maîtresse de Julien. Le 29 janvier 1475 à Florence sur la place de Santa Croce ont lieu des joutes exceptionnelles. Laurent veut célébrer l'alliance conclue à la fin de l'année précédente avec les cités de Milan et de Venise. Julien de Médicis, qui venait d'atteindre avec sa vingt-deuxième année l'âge de l'investiture du pouvoir, en fut proclamé le vainqueur. Julien apparut en selle dans un costume de taffetas blanc couvert de perles et de gemmes à la mode orientale. Il tenait en main une lance et un bouclier orné de la tête de Méduse. Plus que tout son étendard attira l'admiration des spectateurs: un jeune peintre encore inconnu, Sandro Botticelli, y avait peint Simonetta en déesse au voile blanc et or arborant les armes de Pallas. Celle-ci était debout sur deux souches enflammées et ses yeux étaient levés vers le soleil. Devant elle, Cupidon était lié à un tronc d'olivier et son arc et ses flèches gisaient à terre, rompues. Au sommet de l'olivier était inscrite en français la devise "La sans par". Julien déposa la palme de sa victoire aux pieds de Simonetta, proclamée reine de la Beauté.
Simonetta avait conscience de sa beauté, sans ostentation. Selon ses contemporains, Simonetta était une femme douce, humble et timide. Politien l'a noté dans les "Stances". "De sa tête dorée, les cheveux descendent sur son front à la fois humble en sa superbe."
Régner sans le chercher était une vérité qui se dégageait de sa peau, de son regard, de son sourire, de sa démarche, de sa façon de danser. Elle faisait preuve de la maturité d'esprit et de perfection dans son maintien.
Un an et trois mois plus tard, dans la nuit du 26 au 27 avril de 1476, la Belle Simonetta mourut victime du mal subtil à l'âge de 23 ans. Laurent de Médicis écrit dans la nuit où il apprit la mort de Simonetta: " Une jeune femme est morte dans notre ville, inspirant la compassion universelle de tout le peuple florentin. Cela n'est pas étonnant. Parce que, plus qu'aucune autre, elle était ornée d'authentique beauté et de noblesse humaine. Parmi ses nombreuses qualités elle avait dans sa manière d'être une telle douceur et un tel charme que tous ceux qui eurent le privilège de partager avec elle une certaine intimité purent se croire rééllement aimés par elle. Les autres femmes de son rang non seulement n'éprouvaient aucune envie à l'égard de l'excellence de sa vertu mais elles exaltaient et louaient sa beauté, sa grâce, à tel point qu'il paraissait incroyable que tant d'hommes puissent l'aimer sans être jaloux et que tant de femmes en fissent l'éloge sans en être envieuses. Et bien que sa vie lui eût valu au plus haut degré l'estime générale pour ses éminentes qualités, la compassion causée par la mort qui la saisissait dans la fleur de l'âge ainsi que la beauté qui émanait d'elle dans la mort, supérieure peut-être à celle de toute créature vivante, laissèrent un sentiment d'ardente tristesse."
Le 26 avril 1478, deux ans jour pour jour après la mort de Simonetta, Julien de Médicis fut vilement assassiné.


Simonetta Vespucci et Julien de Médicis, représentés comme Mars et Vénus par Sandro Botticelli.


15 commentaires:

Soizic a dit…

Bellissima ! Jolie muse à la chevelure dorée et peau laiteuse telle une déesse à fait tourner la tête à tous ces artistes.
Tu nous fais voyager au 15 ème siècle et découvrir des portraits posthumes et connaître la genèse de ces tableaux ; alors merci.

La Victorienne a dit…

On devrait remettre les cheveux dorés et la peau blanche à la mode lol.
Je connais tous les tableaux que tu nous montre mais pas l'histoire des femmes représentées. Ça ne doit pas être considéré comme assez scientifique par les profs d'unif...

Bulotte a dit…

Très intéressant encore une fois :)
Pardon pour ma question mais qu'est ce que le mal subtil ?

Adelina a dit…

Merci pour vos commentaires!
Bulotte , je ne saurais pas te répondre. " Le mal subtil" est un terme utilisé à l'époque pour expliquer la mort de Simonetta.Deux médecins se sont occupés d'elle (l'un des médecins était envoyait chez les Vespucci par Laurent le Magnifique ). Ils n'ont même pas été capable d'établir le diagnostique précis, d'ou ce terme flou de "mal subtil".

La Victorienne si tu veux approfondir tes connaissance sur Simonetta , je te conseille de lire "Le Monde de la Belle Simonetta" de German Arcinegas. C'est passionnant!

La Victorienne a dit…

Je viens de regarder dans les dictionnaires sur internet pour "mal subtil". La seule chose que je trouve c'est un terme de fauconnerie, une maladie où les oiseaux ont toujours l'air affamés (sorte de boulémie). Mais je ne vois pas le rapport entre les faucons et Simonetta.
Plus médical (au sujet de l'épilepsie): "Etat de mal subtil: souffrance du parenchyme cérébral avec coma, signes végétatifs qui aboutissent à une détérioration neurologique rostro-caudale (peu de signes cliniques car les messages moteurs « convulsifs » ne sont plus retransmis aux muscles que de façon partiels)" ou ici "Treiman a créé le terme de « état de mal subtil » (subtle status) pour décrire les stades ultimes d'un état de mal convulsif (Treiman et al., 1984)" Un peu récent pour Simonetta.
Bref, je pense que l'interprétation la plus adaptée est une maladie laissant peu de trace, indéfinissable par les médecins de l'époque.

Adelina a dit…

Voici le passage de la lettre de Piero Vespucci, adressée à Laurent le Magnifique , le 22 avril 1476:
"En ce qui concerne la maladie, ces médecins ne parviennent pas à accorder leurs diagnostics. Maître Stefano affirme qu'il ne s'agit ni de consomption ni de phtisie alors que Maître Moïse soutient le contraire. Nous ignorons qui est dans le vrai..."

stilettostetico a dit…

Franchement Passionnant !!! C'est extrêmement intéressant d'en savoir plus sur le parcours de ces Muses (Mmmmh "Socialites" avant l'heure ? ), Elégantes qui par la Grâce de Botticelli ont accédé au statut de "Beautés quintessentielles", d'éternelles incarnations de LA "Vénusté" !!! ET l'Hommage rhétorique de Laurent de Médicis est tout simplement à la hauteur de son surnom : Simplement émouvant. Magnifique.

à Bientôt, Antoine

Adelina a dit…

Simonetta Vespucci, socialite et top modèle avant l'heure! L'impact de son image reste inégalé jusqu'à nos jours. Botticelliu a vu juste: "La Sans Par".

Anonyme a dit…

Merci pour ce cours d'histoire de l'art !
Je suis passionnée par les peintures de cette époque jusqu'au 17°.
Vermeer et son traitement de la couleur, etc.
:-D
béatrice

Adelina a dit…

Merci Béatrice!
J'adore Vermeer aussi. J'aime ses incroyables harmonies des couleurs.

marido a dit…

Adelina est encore plus belle en personne, son site raffiné me plaît beaucoup avec la fraîcheur de la culture.
Anastasia est épanouie, ravissante .. Ira-t-elle au conservatoire?
Merci de m'avoir indiqué votre blog pour aussi bine me distraire et me retrouver ces épisodes de culture
bien choisis.

Adelina a dit…

Marido merci beaucoup! ça me fait plaisir! Je suis râvie que mon blog vous plaise.
Anastasia va au conservatoire à la rentrée. Elle est très motivée.
Notre rendez-vous a été très important pour elle. Merci beaucoup!

Christiana a dit…

Bonsoir, c'est par hasard en faisant une recherche que je suis arrivée sur votre blog et ai lu avec intérêt ce que vous avez écrit sur Simonetta. Artiste peintre et sculptrice, je suis passionnée de Renaissance italienne allant jusqu'à apprendre l'italien pour avoir accès aux livres que l'on ne trouve pas en français.Il y a quelques années j'ai fait un travail de fin d'année sur ce sujet, Simonetta Vespucci.

http://simonetta-vespucci.blogspot.com

Adelina a dit…

Christiana merci !
J'ai visité votre blog (très intéressant) quand j'ai fait les recherches sur Simonetta Vespucci. Je suis aussi passionnée de la période de Renaissance italienne. Simonetta Vespucci est le plus beau visage de cette période.

Anonyme a dit…

Your blog keeps getting better and better! Your older articles are not as good as newer ones you have a lot more creativity and originality now keep it up!