samedi 13 décembre 2008

Milan Kundera

Je voudrais partager avec vous ma grande passion. Ma grande passion c'est la littérature, parce que tous les changements dans le monde pour le meilleur ou pour le pire trouvent leur naissance dans les mots. Si j'ai un bon livre sous la main le temps s'arrête. Surtout si c'est un livre de Milan Kundera. Pour moi Milan Kundera est incontestablement le plus grand écrivain moderne. Son oeuvre représente une remarquable étude de la nature humaine. Kundera s'y prend avec une lucidité froide et cynique, qui curieusement reste élégante et poétique . Son humour est dévastateur et rien n'est plus profond que sa légèrté apparente.

Quelques passages:

"Suppose que tu rencontres un fou qui affirme qu'il est un poisson et que nous sommes tous des poissons. Vas-tu te disputer avec lui? Vas-tu te déshabiller devant lui pour lui montrer que tu n'as pas de nageoires? Vas-tu lui dire en face ce que tu penses?"
Son frère se taisait, et Edouard poursuivit: "Si tu ne lui disais que la vérité, que ce que tu penses vraiment de lui, ça voudrait dire que tu consens à avoir une discussion sérieuse avec un fou et que tu es toi-même fou. C'est exactement la même chose avec le monde qui nous entoure. Si tu t'obstinais à lui dire la vérité en face, ça voudrait dire que tu le prends au sérieux. Et prendre au sérieux quelque chose d'aussi peu sérieux, c'est perdre soi-même tout son sérieux. Moi, je dois mentir pour ne pas prendre au sérieux des fous et ne pas devenir moi-même fou."

Risibles amours


"Tu m'as souvent dit vouloir écrire un jour un roman où aucun mot ne serait sérieux. Une Grande Bêtise Pour Ton Plaisir. J'ai peur que le moment ne soit venu. Je veux seulement te prévenir : fais attention."
J'incline la tête encore plus bas.
"Te rappelles-tu ce que te disait ta maman? J'entends sa voix comme si c'était hier : Milanku, cesse de faire des plaisenteries. Personne ne te comprendera. Tu offenseras tout le monde et tout le monde finira par te detester. Te rappelles-tu?
- Oui, dis-je.
-Je te préviens. Le sérieux te protégeait. Le manque de sérieux te laissera nu devant les loups. Et tu sais qu'ils t'attendent, les loups."

La lenteur

14 commentaires:

Anonyme a dit…

cela fait longtemps que j'ai mis Kundera dans la liste des écrivains à lire dès que j'aurai un peu de temps ! Tu me donnes, avec ce paragraphe d'autant plus envie de me plonger dans un de ses livres !
Merci !!
:-)
Béatrice

Adelina a dit…

Tu ne vas pas être déçue, Béatrice. Je t'envie la joie de la découverte.

Goldness a dit…

Moi aussi j'ai très envie de decouvrir cet auteur. J'ai beaucoup aimé le passage du poisson, et ça prouve que vous avez eu bien raison de ne pas prendre trop au serieux certains poissons du forum...;)

Adelina a dit…

:lol: Je ne prends rien au sérieux!

L'un de mes romans préférés de Kundera, c'est "La lenteur" (Une Grande Bêtise Pour Ton Plaisir"), et aussi "L'immortalité" et "Le livre du rire et de l'oubli".

Goldness a dit…

Lequel devrai-je lire en premier selon vous ?

Adelina a dit…

Je dirais "La lenteur", ensuite "L'immortalité" et "L'isoutenable légèrté de l'être".

Claire a dit…

Je n'ai lu que "L'insoutenable légèreté de l'être", le plus connu semble-t-il. J'ai beaucoup aimé, même si je trouve que ce n'est pas un livre "facile". Pas le genre de livre par lequel on se laisse porter et qui se plie en 3h, à mon avis. Il demande d'y revenir, d'y réfléchir. Je trouve la démarche de Kundera assez philosophique.
Mais tu sauras sans doute mieux en parler que moi !
J'aimerais en lire d'avantage, mais en ce moment malheureusement je n'ai le temps que pour des livres rapides et faciles (comme des plats pré-cuisinés !).
La littérature est ma grande passion aussi (j'ai fait des études de lettres), avec un livre entre les mains le temps s'arrête, et je voyage sans bouger de ma chaise !
Merci de nous faire partager tes amours littéraires !

Adelina a dit…

Merci pour ton commentaire Claire! Milan Kundera est quqlqu'un de très cultivé (ce n'est pas le cas de tous les écrivains). Dans cs livres on trouve des nombreuses références à l'histoire, la musique, l'histoire de l'art, la philosophie. Non seulement ses livres resistent à la re-lecture, je dirais que plus on les re-lit, plus on découvre des choses, le sens caché, qu'on n'a pas forcément perçu à la première lecture. Le style de Kundera est d'une incroyable clarté. Quand je le lis j'ai l'impression de retrouver mes pensées que je n'arrivais pas à mettre dans les mots. Je ne suis pas la seule qui a eu cette impression !

Claire a dit…

Tu me donnes envie de le relire !
Demain j'emmène Milan avec moi dans le métro ! (Ca taira la grisaille !)

Julie a dit…

Je suis comme Béatrice et Goldness, cela fait un moment que je me suis promis de lire Kundera et je n'ai toujours pas eu un seul de ses livres. Ton article me le rappelle, merci pour ça !

Anonyme a dit…

J'ai découvert l'insoutenable légéreté de l'être par le film d'abord avec Juliette Binoche, et c'est un des films qui m'a le plus marqué !
Après j'ai lu le livre :)
Lulu

Adelina a dit…

Je n'ai jamais vu ce film, je vais le chercher. Je pense que c'est impossible de mettre ce roman à l'écran sans perdre la profondeur. C'est malheureusement souvent le cas.

Anonyme a dit…

Sans doute mais je pense que le film vaut le coup tout de même !
lulu

Benjamin a dit…

Je viens de terminer la re-lecture de l'insoutenable légèreté de l'être et j'y ai pris beaucoup de plaisir. Je pense également que je vais me replonger quelque peu dans le monde de Kundera. Merci pour ce message passionné.